Au moment où je m’apprête à écrire ces quelques lignes, le Premier Ministre israélien, Binyamin Netanyahou, prononce un discours à la Knesset. C’est l’ouverture de la session d’hiver du Parlement et le chef du gouvernement clame haut et fort à l’attention du monde que “les opinions arabes commencent à comprendre que nous ne sommes pas leurs ennemis”. La phrase résonne dans les oreilles de tous ceux qui pensent Israël isolé sur l’échiquier des relations internationales.

Pourtant, la bataille vers la réconciliation entre juifs et arabes est loin d’être gagnée. Nous sommes à Tachkent, capitale de l’Ouzbékistan. Quelques-uns des seconds couteaux du circuit ATP de Tennis se sont donné rendez-vous pour le tournoi annuel organisé chaque année à la même période. Deux joueurs israéliens, Amir Weintraub et Doudi Sela sont en lice pour s’adjuger le trophée et glaner quelques points au classement mondial. Le champion d’Israël et son dauphin passent, d’ailleurs, les premiers tours sans encombre pour atteindre les quarts de finale du tournoi.

Alors que Doudi Sela a disposé facilement d’un illustre inconnu ukrainien, Amir Weintraub est lui censé affronter le joueur tunisien Malek Jaziri. Sauf que le 169e joueur mondial ne se présentera jamais face à son adversaire israélien. Raison officielle invoquée: une blessure au genou qu’il fait justifier par un certificat médical.

Manipulé par sa fédération, le joueur tunisien, Malek Jaziri a été contraint de déclarer forfait lors de son quart de finale prévu contre l'israélien Amir Weintraub.

Manipulé par sa fédération, le joueur tunisien, Malek Jaziri a été contraint de déclarer forfait lors de son quart de finale prévu contre l’israélien Amir Weintraub.

Sauf que le journal l’Equipe dans son édition du Lundi 14 octobre a publié les échanges de mails entre le joueur, son entourage et la fédération tunisienne de tennis. Et les raisons du forfait de Jaziri vont bien au-delà d’une simple blessure au genou.

Joint par téléphone, les journalistes Julien Reboullet et Sophie Dorgan m’ont autorisé à publier le contenu de la conversation via courriel entre le frère et entraîneur de Malek Jaziri, Emir Jaziri et Adel Ladhiri, le Directeur Technique Nationale de la fédération tunisienne de tennis. Le 9 octobre, Adel Ladhiri envoie un premier mail à l’attention de son joueur pour lui indiquer “qu’il n’est pas tenu de jouer contre le joueur israélien” selon l’ordre donné par le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Toujours le 9 octobre à 20h54, le frère de Malek joueur répond à son responsable et lui demande s’ils peuvent considérer “ce courrier comme officielle afin d’éviter de probables sanctions de l’ATP Tour” (autorité qui régit les tournois internationaux de Tennis).

La réponse de la fédération tunisienne tombe le lendemain aux alentours de 15h45 et confirme bien que ce document “peut être considéré comme officiel”. Autrement dit, c’est le pouvoir tunisien qui a ordonné à Malek Jaziri de ne pas affronter l’israélien, Amir Weintraub, en quart de finale du Tournoi de Taschkent. De la blessure physique, aux blessures politiques, il n’y a qu’un pas que les pays arabes ont coutume d’appliquer dans toutes les arènes de sport à travers le monde. Or, si dans pareil cas, les réactions de soutiens aux athlètes musulmans fleurissent sur les différents réseaux sociaux, cette fois, la donne est tout autre et notamment dans l’opinion tunisienne.

Si l’Equipe a choisi de donner la parole à l’ancienne championne tunisienne de tennis, Selima Sfar, j’ai choisi, de mon côté, de recenser les messages de soutien aux Juifs, au sport mais aussi à Israël, sur une page Facebook intitulé les Patriotes Juifs Tunisiens. Sur cette page, je rentre en contact avec un certain Elie Trabelsi.

Avant de vous transmettre les messages des tunisiens sur cette affaire, intéressons nous à la personnalité de ce jeune chef d’entreprise, de confession juive, patron d’une société d’informatique à Paris. Elie a suivi tout son cursus universitaire dans la capitale française.”J’ai quitté la Tunisie, non pas parce que j’étais juif, mais par manque d’horizon professionnel”.

Elie Trabelsi, membre du comité du parti Nadaa Tounes et fervent défenseur des Juifs Tunisiens.

Elie Trabelsi, membre du comité du parti Nidaa Tounes, et fervent défenseur des Juifs Tunisiens.

Mais Elie a la Tunisie vissée au cœur. Cet amour du pays se concrétise à travers son engagement en politique dans les rangs du Parti Nidaa Tounes, principal parti d’opposition au grand parti majoritaire islamiste Ennhada. Il a intégré son comité exécutif élargi et depuis la France, entretient des contacts constants avec les camarades de sa faction politique. Elie cultive, aussi, la particularité d’avoir été le deuxième homme de confession juive à se présenter à “l’Assemblée Constituante tunisienne” lors des élections de la fin 2011. Il n’a malheureusement pas eu la chance d’intégrer le Parlement tunisien, en raison, “de division au sein des démocrates et de l’éparpillement des voix”, selon lui.

Hormis sa passion débordante pour la Tunisie, Elie cultive un amour inconsidéré pour I’identité juive. Un amour, qui là aussi, se matérialise à travers une page Facebook intitulé “Patriotes Juifs Tunisiens” et qui regroupe près de 13,500 personnes. Elie aime donner son avis sur cette page mais il est important de signaler que la majorité des membres de ce groupe sont musulmans. Certains juifs originaires de Tunisie s’invitent, eux aussi, aux nombreux débats organisés sur cette page autour de l’actualité tunisienne.

Et, hier, l’actualité était, donc consacrée, en grande partie à l’affaire Jaziri et au refus de la Fédération tunisienne de Tennis de lui permettre d’affronter son adversaire israélien, Amir Weintraub. Elie a donc repris le lien de l’interview donnée à l’Equipe par Selima Sfar et l’a postée sur la page du groupe. Peu de temps après, plusieurs dizaines de tunisiens partageaient leur avis sur ce dossier.

Selon Mourad: “C’est de l’hypocrésie totale parceque dans la vie Malek Jaziri et Amir Weintraub sont des amis… alors le cinéma de la fédération tunisienne de merde n’est qu’un écran de fumée et les autres qui sont pour cette décision qu’ils aillent en enfer. Malek a voulu jouer contre son ami!!!!”.

Pour Mondher: “Vous pouvez detestez les juifs ou Israel””””” c’est faux on n’a pas le droit de hair un juif !!! si vous etes juif vous savait qu’il on est des cousins ouled ismail et ishak , les juifs et les musulmans ont cohabites par tout dans le monde ; par contre (( un soniste ,un israelite )) je ne les accepte pas ,aucun contact avec eux ps: admin : priere faire nuance entre juif et sioniste ,entre religion et colonisation !!”

Selon Naceur: “je ne connais pas de Tunisiens qui en pensent du mal …. d’ailleurs , moi je crois fermement , parce que je crois aux valeurs universelles et que je suis contre toute forme de racisme, je crois que si on avait résolu le problème palestinien , on n’aurait jamais eu ces extrémistes religieux qui , arguant d’une frustration religieuse liée à El Qods , veulent dominer tout le monde avec leur idéologie rétrograde pour créer une Umma musulmane. Tout est lié . Nous devons ..combattre l’extrémisme d’où qu’il vienne .. je le répète je n’ai RIEN contre les juifs , les sikhs , les zoulous etc… mais j’en veux aux cons , aux égoïstes , aux rétrogrades .. et je suis pour que tout peuple ait ses droits”

Selon Walid: “on ne joue pas contre l’Apartheid il n’y a ni question juive ni question de religion”

Selon Youssef: “On doit respecter toutes les religions ya q un seul dieu pour tout le monde”.

Selon Racha: “Petite remarque: les arabes ne peuvent pas être des antisémites parce que nous sommes nous meme DES SEMITES, etre antisemites c etre racistes envers nous même, donc c’est vrai que le chantage intellectuel et social à l’antisémitisme ne marche pas et ne marchera jamais avec nous”

Selon Hatem: “c’est nul cette administration qui s’oppose à des compétitions entre des sportifs cela montre montre que auquel point les gens sont nul et que la politique s’ingère dans tous j’aurais aimer voir ce match et applaudir le vainqueur mieux que de construire plus de rancœur” Enfin pour Mohamed: “une décision prise par conviction ou sous pression.dans les 2 cas elle est mauvaise pour le sport et pour la tunisie”

Tous ces messages et la majorité des 86 autres sont écrits par des musulmans et non des juifs. Tous souhaitent mettre en avant les valeurs d’entraide, de fraternité qui règnent au sein de la société tunisienne. Tous affirment que la cohabitation, entre musulmans et juifs, serait possible si la politique n’interférait pas dans les relations entre les deux parties.

Pour Elie Trabelsi, l’affaire Jaziri reflète “la peur et la méfiance” du pouvoir envers les Juifs. Pourtant, ajoute-t-il, la population tunisienne “veut avancer et passer à autre chose”. Ces propos font écho à ceux prononcés par Selima Sfar dans l’Equipe. “Ce pouvoir tunisien empêche les gens de progresser, affirme Elie, Jaziri est d’ailleurs une victime dans cette histoire, il avait pourtant des chances de remporter la rencontre”.

Autre point sur lequel Elie souhaite revenir, c’est la perception d’Israël en Tunisie. Il déclare: “même si l’État d’Israël est encore perçu comme un pays oppresseur des Palestiniens, la vision change petit à petit, les tunisiens savent très bien que les juifs qui vivent en Israël n’y sont pour rien, ils respectent beaucoup Shimon Pérès pour son charisme et sa personnalité” Et d’ajouter qu’il n’est pas surprenant d’entendre des débats sur Israël et les Juifs sur certaines radios libres en Tunisie comme Mosaïque FM ou Shemes FM (Soleil en arabe).

Ainsi, à l’heure où le monde se gausse de l’isolement d’Israël sur l’échiquier politique mondial, la Tunisie et une partie de sa population, “le peuple est contre Ennhada” selon Elie Trabelsi, prouve le contraire. Toutes les réactions de ces hommes et de ces femmes témoignent d’une désir profond de changement pour l’avenir de la Tunisie. Ils entendent prouver que le Peuple Juif partage les mêmes racines que la religion musulmane. Ils clament, aussi, avec force leur refus de l’extrémisme et de l’obscurantisme.

Le champion d'Israël de Tennis, Amir Weintraub avoue entretenir "d'excellentes relations" avec Malek Jaziri

Le champion d’Israël de Tennis, Amir Weintraub avoue entretenir “d’excellentes relations” avec Malek Jaziri

Le mot de la fin revient à Amir Weintraub. Le joueur israélien a accepté de me dire quelques mots non pas sur l’affaire, elle-même, mais sur ses relations avec Malek Jaziri. Pour le champion d’Israël de Tennis, “il n’y a jamais eu aucun souci avec Malek et même aucun joueur musulman, sur le circuit, ce sont mes amis, nous partageons la même passion du tennis, et nous sommes toute l’année ensemble sur le circuit, nos relations sont excellentes, et tu peux l’écrire, même deux fois, excellentes”. Amir ne voudra pas en dire plus. Gide disait: “la litote, c’est l’art d’exprimer le plus en disant le moins”*. Tout est dit. Première manche, Israël/Tunisie.

 

NB: 1) La Fédération Internationale de Tennis pourrait sanctionner Malek Jaziri même si pour le moment, elle se réserve le droit de porter l’affaire devant un jury disciplinaire selon son porte-parole Nick Imison.

2) La Fédération israélienne de Tennis par la voix de son président, Assi Tochmaïer a jugé que “la décision du joueur tunisien de ne pas se présenter sur le court pour affronter Amir Weintraub était triste pour le sport. Pour lui, le sport n’est pas une tribune politique mais favorise au contraire l’amitié entre les peuples”.

*Gide, Incidences, 1924, Essais, Critiques, Pleïade, p.281

Page Facebook: Patriotes Juifs pour Israël. https://www.facebook.com/pages/PATRIOTES-JUIFS-TUNISIENS/155933957824821?notif_t=fbpage_fan_invite